Photo 10 signes qui indiquent que vous n’arrivez pas à passer du statut de fondateur à celui de leader

10 signes qui indiquent que vous n’arrivez pas à passer du statut de fondateur à celui de leader


10 signes qui indiquent que vous n’arrivez pas à passer du statut de fondateur à celui de leader

Vous avez eu une idée géniale. Votre unique objectif a été de la concrétiser. Vous avez créé une entreprise. Vous avez obtenu du financement. Vous en envisagez peut-être un autre. Vous vous préparez peut-être même à entrer en bourse. Félicitations ! Vous êtes prêt à passer au niveau supérieur. Vous êtes arrivé jusqu'ici. Qu'est-ce qui pourrait mal tourner ?

Chaque fondateur atteint ce point tournant. Certains y arrivent. D'autres non. Manquer le tournant ou le franchir trop tard peut entraîner la stagnation ou l'implosion d'une entreprise, voire la mort de l'idée ; ou pire encore, l'idée devient celle d'une autre personne qui la commercialisera sans vous.

Qu'est-ce qui fait la différence ? Les meilleurs passent de Fondateur à Leader. Ceux qui ne peuvent pas ou ne veulent pas devenir l'obstacle à la croissance et au succès. Ils ne sont peut-être pas les premiers à s'en aller, mais un jour ou l'autre, et dans bien des cas lorsqu'il est trop tard, le fondateur qui n'a pas franchi le pas sera congédié par les investisseurs ou par le conseil de sa nouvelle société publique.

Comment éviter ce sort ? Franchissez le cap. Lorsque vous avez démarré, vous vous êtes consacré à juste titre au développement de votre nouveau produit, service ou solution unique. À un moment donné, un fondateur doit se focaliser non plus sur la concrétisation de l'idée, mais sur la constitution d'une équipe, puis d'une organisation qui la rendra réelle. L'état d'esprit et les compétences de ces derniers sont très différents de ceux qui ont permis votre expression créative.

Il y a des signes avant-coureurs qui indiquent que vous risquez d'être coincé en mode fondateur et de ne pas prendre le virage vers le leadership. Cela peut facilement faire capoter les choses. Et, la plupart du temps, si un de ces signes est présent, un autre l'est aussi. Voici dix signes que vous ne franchissez pas cette étape.

Vous ne lâchez pas prise

Au début, il fallait tout faire. Il n'y avait que vous. Dans les premiers temps, lorsque vous avez embauché une personne puis une autre, toutes les décisions passaient encore par vous. Lorsque vous tentez de passer à l'échelle supérieure ou d'entrer en bourse, le fait de trop vous accrocher à votre ancien rôle devient un risque sérieux pour l'entreprise. Le succès dépend de votre capacité à déléguer non seulement des responsabilités, mais aussi des pouvoirs que vous devez déléguer. Il y a des choses que seul le PDG peut faire. Si vous perdez du temps à faire le travail des autres, vous ne pouvez pas faire ce que vous seul pouvez faire. Lâchez prise. Tout va bien se passer.

Vous voulez tout faire

Ce comportement est lié au signe d'avant mais il est légèrement différent. Vous déléguez parfois quelques décisions et tâches, mais vous gardez les choses importantes pour vous. Si les gens doivent encore vous demander des directives sur la façon de faire quelque chose, c'est un signe que vous avez besoin d'un processus clairement énoncé pour que toute personne désignée pour accomplir une tâche puisse le faire. Pour pouvoir évoluer, il vous faut un plan de jeu pour que tout le monde sache clairement quels sont les processus et les systèmes qui permettent de faire avancer les choses. Engagez quelqu'un pour vous interviewer sur la façon dont vous faites tout. Demandez-leur de tout noter.

Vous passez trop de temps la tête dans les problèmes

Vous aimez probablement résoudre les problèmes. C'est comme ça que vous avez trouvé votre idée géniale. Vous aimez les détails. Vous vous laissez emporter en explorant les problèmes et en trouvant des solutions. Votre équipe et votre organisation ont besoin que vous fassiez les choses que vous seul pouvez faire. Arrêtez ce comportement. La résolution de problèmes, c'est le travail de quelqu'un d'autre maintenant.


Vous embauchez des personnes qui sont fan de votre idée

Vous êtes emballé par votre idée. La concrétiser vous passionne. Votre enthousiasme est contagieux. C'est une épée à double tranchant. Vous voulez bien évidemment recruter des gens qui partagent votre enthousiasme, mais ce ne peut être pour cela que vous les embauchez. Ils doivent apporter quelque chose de plus qu'une envie de vous dire à quel point vous êtes intelligent et à quel point votre idée est géniale. Ils doivent avoir la compétence et la liberté d'apporter leur expérience et leur expertise pour combler une lacune dans vos compétences et assumer une fonction importante au nom de l'entreprise. Engagez des leaders, pas des fans.

Vous ne forgez pas d'équipe

Ce signe avant-coureur est lié aux trois premiers dans la mesure où si vous vous retrouvez dans l'un de ces signes, dans celui-ci aussi. Lorsque vous franchissez le cap, vous acceptez que votre mission soit de former et de maintenir une équipe solide, cohérente et capable de s'engager mutuellement et d'engager tous vos collaborateurs pour que l'idée devienne réalité. Construire et maintenir une équipe est un travail à temps plein. Déléguez le reste. Prenez soin de votre équipe.

A un moment donné, chaque fondateur doit envisager d'ajouter une équipe non seulement en dessous de lui dans l'organigramme, mais aussi à ses côtés ou au-dessus de lui. En tant que fondateur, vous vous êtes probablement habitué à être la voix de l'autorité. Franchir le cap implique de reconnaître que vous avez besoin d'autres personnes pour vous aider à réaliser votre vision et de valoriser l'implication de personnes qui peuvent vous conseiller et vous défier d'une manière que votre équipe et vos employés ne peuvent pas faire.


Vous n'écoutez pas

Votre curiosité vous a amené ici. Si, à mesure que le rythme s'accélère, que le travail devient plus complexe et que le niveau de stress augmente, vous devenez moins curieux, vous êtes insatisfait, et probablement sur le chemin de l'échec. Tant que vous êtes curieux, vous êtes sur la bonne voie. Votre curiosité vous permettra de reconnaître de nouvelles opportunités ou de voir que l'idée qui a fondé l'entreprise n'est peut-être plus viable et doit être modifiée ou abandonnée. Lorsque vous engagez votre équipe, vos employés ou vos clients, suivez cette règle : "Poser des questions avant de promouvoir." Quand vous défendez votre idée, celui qui écoute est en train de voter dans sa tête. Il est en accord ou en désaccord. S'il s'agit d'un employé, il ne vous dira probablement pas qu'il n'est pas d'accord. S'il s'agit d'un client, il peut décider d'acheter ou de ne pas acheter. Quand vous posez des questions, il n'y a rien à voter. Cela permet d'approfondir la conversation et d'amener vous et l'autre personne à dépasser la confrontation et à entamer un véritable dialogue. C'est là que les possibilités émergent. Soyez curieux.

Vous ne vous focalisez pas sur le client

Le septième signe de mise en garde est directement lié au sixième. Votre idée résout un problème. Si vous pensez qu'il suffit de connaître le problème et de trouver une solution, vous vous attirez des ennuis. Vos clients trouveront toujours une amélioration, une itération ou une application complètement différente. Plus vite vous vous tournerez vers les besoins du client, mieux ce sera pour vous et votre entreprise.

Vous construisez une culture par dépit et non intentionnellement

Vous pensez peut-être qu'une stratégie en matière de RH s'impose pour l'avenir. Vous avez tort. Il faut absolument privilégier les RH et les employés dès le départ. Au fur et à mesure qu'une startup prend de l'expansion, les dirigeants élaborent et font mûrir une stratégie des ressources humaines qui s'inspire de la stratégie globale de l'entreprise et qui s'harmonise avec celle-ci. Cette tâche est plus difficile que vous ne le pensez parce qu'il faut faire preuve de rigueur et prendre le temps de réfléchir à la culture que vous voulez développer et de mettre en place des politiques et des procédures pour créer cette organisation durable. Une bonne gestion commence dès le premier jour. Il est possible que les employés qui ont aidé l'entreprise à voir le jour soient réticents, mais vos nouveaux employés recherchent la stabilité. Cette contradiction peut vous mettre dans une impasse. Les employés plus anciens pensent qu'une stratégie RH avec des règlements, des politiques et des procédures est une perte de temps. Leur culture organisationnelle a lieu par dépit. Les leaders savent que la création intentionnelle d'une culture est essentielle au succès d'une entreprise.

Vous évitez les décisions difficiles.

Voici un exemple. Votre directeur financier est peut-être un ami de la famille. Au fur et à mesure que votre entreprise mûrit, il se peut que cette personne ne dispose pas des compétences nécessaires pour faire passer l'entreprise au niveau supérieur. Vous êtes très attaché à votre ami. Vous ne voulez pas lui faire de mal. Vous ne voulez pas non plus faire face à une conversation vraiment difficile. Les fondateurs qui sont trop fidèles à leurs premiers employés ne parviennent souvent pas à bâtir la bonne culture d'entreprise au moment où l'entreprise passe à la vitesse supérieure. Passer du statut de fondateur à celui de leader implique de prendre des décisions difficiles. Cela peut se traduire par le licenciement d'un employé fondateur, y compris d'amis qui ne peuvent pas suivre avec cette mise à niveau que vous recherchez. Le leadership est parfois difficile à assumer. Cela fait partie du travail.


Vous ne gérez pas correctement vos ressources

Fonder une entreprise est une course, on est souvent poussé par l'adrénaline. Il y a le plaisir associé aux possibilités que vous générez, la pression intense et la peur de l'échec qui en découle à tout moment. Cette expérience peut créer une dépendance. Nous avons vu des fondateurs créer des situations difficiles qui n'ont pas lieu d'être pour ressentir à nouveau cette excitation. Au fur et à mesure que votre entreprise devient une entreprise plus mature, il faut savoir faire sans l'adrénaline.

Les fondateurs ont tendance à être très passionnés Tout ce qu'ils font est observé et scruté. Leur comportement peut donner de l'énergie aux employés ou les démotiver. Leurs comportements et pratiques donnent l'exemple de ce qui est acceptable, et ils seront reproduits. Quand on comprend cela, on s'efforce faites l'effort d'avoir un comportement et des pratiques exemplaires. Quand on est fatigué, surmené ou pressé, on fait des erreurs et l'importance du rôle de fondateur amplifie l'impact négatif de ces erreurs. Par ce même principe, on peut décupler l'impact positif global que l'on a dans une entreprise. Il est primordial de bien gérer ses ressources intérieures car il y a tellement de choses à faire et on ne peut pas tout faire. Une gestion efficace du temps commence par une bonne gestion de ses ressources.


Voici les 10 signes indiquant que vous n’arrivez pas à passer de fondateur à leader.


Vous façonnez une vision convaincante de l'avenir. Vous racontez l'histoire de la direction que prend l'entreprise et des raisons pour lesquelles elle s'y dirige. Vous énoncez clairement les résultats et la façon dont vous mesurerez le succès en cours de route et à la fin.

Vous harmonisez pensée et action. Les gens connaissent la stratégie et le plan pour réaliser votre vision. Chacun connaît son rôle et sa responsabilité. Les actions sont coordonnées et les gens savent qui fait quoi et quand. Vous mettez en place un langage commun et un ensemble d'outils de processus intégrés avec des leaders à tous les niveaux pour assurer la cohérence dans l'exécution.

Vous formez des leaders à tous les niveaux (y compris vous-même). Au fur et à mesure que vous évoluerez, vous aurez besoin de leaders qui soient réactifs et capables de s'adapter. En plus d'obtenir des résultats commerciaux, vous prenez le temps de vous assurer que chaque équipe et chaque individu font leur propre travail de développement personnel et professionnel.


Quand on est le fondateur ou le PDG, il n'y a personne d'autre qui soit au même niveau dans l’entreprise. Tout le monde se tourne vers vous pour obtenir des réponses.


Les pressions auxquelles vous faites face sont intenses et très réelles. Nous le savons bien. Et pourtant, vous devez continuer à vous développer. Pour atteindre et rester au sommet de leur art, chaque athlète de haut niveau continue de pratiquer, de perfectionner ses compétences et de développer ses capacités à gagner. Les meilleurs d'entre eux comptent sur un ou plusieurs coachs pour les aider dans leur développement continu. Les meilleurs dirigeants considèrent le coaching continu comme nécessaire et vital à leur succès et considèrent leur coach comme un conseiller de confiance dont le seul objectif est d'aider le fondateur et PDG à réussir.

Il y a des signes tout autour de vous qui indiquent à quel point vous franchissez bien le pas et que vous devenez un leader. Franchir le pas, c'est lâcher prise. C'est améliorer votre capacité à diriger. Le leadership implique l'incertitude. Vous ne pouvez pas tout savoir. Être un leader est plus compliqué que d'être le fondateur.